Vers la démocratisation des services télématiques

Vers la démocratisation des services télématiques

Si le développement durable mobilise les ingénieurs automobiles, la télématique constitue également un axe de recherche privilégié pour nombre de constructeurs. Les nouveautés se succèdent et devraient rassembler les énergies pendant longtemps.

- Magazine N°147
410

Sur le front de la télématique, les nouveautés se succèdent. Pionnier en la matière, PSA Peugeot Citroën propose depuis 2003 l’appel d’urgence et d’assistance. Grâce au travail effectué, le groupe français a pu construire et maîtriser une architecture technique sur laquelle elle s’appuie pour lancer de nouveaux services télématiques. « Nous avons une politique de développement volontariste en la matière », insiste Franck Batocchi, directeur des services télématiques chez PSA.

Lancé il y a désormais 6 ans, l’appel d’urgence est devenu un précieux outil pour aider et accélérer les secours. En cas d’accident ou de malaise à bord d’un véhicule équipé, les occupants sont mis en relation avec un plateau d’assistance spécialisé. Cet appel est automatique si un choc est détecté, mais, si les occupants sont conscients, il peut être activé par une simple pression sur un bouton. Grâce au GPS embarqué, le dispositif permet aux services de secours de connaître la position exacte du véhicule et donc, d’intervenir dans un délai raccourci et avec un maximum d’efficacité. Selon la Commission Européenne, si chaque véhicule était équipé, plus de 2 500 vies seraient sauvées chaque année en Europe.

Plus de 650 000 véhicules des marques Peugeot et Citroën sont déjà équipés et circulent dans neuf pays européens où le service est opérationnel. Depuis 2003, plus de 2 700 appels d’urgence ont ainsi été transmis aux services de secours. Gratuit et disponible sans abonnement, le service d’appel d’urgence de PSA est disponible sans limitation de durée. En 2006, il a reçu l’agrément de la Direction de la Défense et de la Sécurité Civiles française.

Un bouquet de services

Depuis 2002, Peugeot et Citroën ont déployé leurs services d’assistance autour des plates-formes télématiques communes RTx et NaviDrive qui intègrent dans un même module des fonctions de radio, de lecteur de CD, de téléphone GSM avec kit mains-libres et de navigation GPS. Ce service d’assistance permet un gain de temps important dans la mise en œuvre de l’intervention (dépannage sur place, remorquage…) grâce à la géolocalisation.

Leader européen de l’appel d’urgence, PSA propose d’autres services télématiques. Depuis 2007, Peugeot commercialise un service d’aide à la mobilité baptisé Peugeot Services Mobiles. Accessible via un opérateur disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, ce service couvre la recherche et le téléchargement de points d’intérêt issus d’une base de données qui intègre notamment les informations des guides Michelin. Parallèlement, le conducteur peut recevoir des alertes sur le trafic en fonction de trajets prédéfinis mais aussi télécharger des itinéraires optimisés en fonction de l’état de la circulation. Enfin, il peut gérer son carnet d’adresses personnel et obtenir l’emplacement des radars automatiques installés en France. Pour avoir accès à ce bouquet de service, le conducteur doit s’acquitter d’un loyer de 14,90 euros par mois.

Diagnostic à distance

Mais PSA va encore plus loin puisque, depuis septembre 2008, le groupe propose un nouveau service de gestion de flottes automobiles à distance baptisé Active Fleet Data. Sans intervention du conducteur, le système envoie régulièrement des informations sur l’utilisation et l’état du véhicule. En se connectant au logiciel de gestion Interparc développé par le constructeur, le gestionnaire de la flotte obtient deux fois par semaine le kilométrage du compteur, le kilométrage restant avant la prochaine révision…, mais aussi des diagnostics techniques sur la boîte de vitesse, le système antipollution… Lorsque le niveau d’huile est insuffisant, quand les plaquettes de frein sont usées ou lorsqu’un problème mécanique survient ou que la sécurité est en jeu, une alerte est envoyée en temps réel et sous forme de courrier électronique au gestionnaire de la flotte. Les informations sont collectées et remontées via un boîtier conçu par masternaut et monté en après-vente. D’ores et déjà disponible en France, ce service sera étendu à l’Espagne et à l’Allemagne d’ici à la fin de l’année. Et PSA travaille déjà à équiper les véhicules en première monte et étudie le déploiement d’un système de suivi de flotte en temps réel. En matière d’appel d’urgence, d’autres pistes de développement sont envisagées comme l’envoi aux services de secours des informations utiles à la désincarcération des accidentés ou sur l’énergie utilisé par le véhicule.

La démocratisation de la navigation

De son côté, Renault a initié en septembre dernier un partenariat sur le long terme avec Tom- Tom. Objectif de ce rapprochement : proposer aux clients de Renault des solutions de navigation complètement intégrées sur plusieurs modèles de la marque. Première réalisation, Carminat TomTom est proposé sur la nouvelle Renault Clio. Ecran couleur de 5,8 pouces, soit près de 15 centimètres, cartographies actualisables via Internet à partir d’une carte SD, information trafic, limitations de vitesse et alertes sur les radars, Carminat TomTom est commercialisé à moins de 500 €. Selon Patrick Vergelas, directeur des projets transversaux à la gamme chez Renault, « Ce produit vient en complément de l’offre Carminat et a pour objectif de démocratiser la navigation auprès de l’ensemble des clients de notre marque ». L’automobile et l’électronique n’ayant pas les mêmes cycles de vie, les systèmes de navigation embarquée peuvent devenir très vite obsolètes. Pour Patrick Vergelas, c’est tout l’intérêt du partenariat initié avec TomTom : « Nous avons intégré un équipementier de l’électronique grand public pour que les produits développés répondent aux évolutions du marché et des technologies. De plus, Carminat TomTom peut être mis à jour en ligne via Internet. » Par ailleurs, Carminat Tom- Tom est disponible avec le son classique ou le son tridimensionnel mis au point par Arkamys, avec ou sans Bluetooth et avec ou sans le plug qui permet d’écouter des MP3. Cette première réalisation pourrait être suivie par d’autres solutions co-brandées. Le fabricant néerlandais de GPS propose également une solution de géolocalisation pour les flottes. Baptisée TomTom Work, cette offre pourrait inspirer Renault pour proposer des services complémentaires aux flottes automobiles.

La télématique au service des économies

D’autres constructeurs mènent une politique volontaire en la matière. Ainsi, Fiat commercialise un système complet conçu en partenariat avec Microsoft et Magneti Marelli et baptisé Blue & Me. Depuis octobre dernier, le fabricant italien propose eco : Drive. Les conducteurs de Fiat 500, Grande Punto, Bravo et, d’ici à la fin du 1er semestre, tous les possesseurs de Fiat, peuvent en bénéficier gratuitement à condition d’être équipés du système Blue& Me. Il suffit de connecter une clef USB à ce système pour enregistrer accélérations, décélérations, aptitudes à conserver une vitesse constante et changements de rapports. Sur un ordinateur, ces informations sont ensuite analysées par l’application eco : Drive préalablement téléchargée sur le site www.fiat.com/ecodrive. Des conseils personnalisés permettent ensuite d’améliorer la conduite. Lancé le 2 octobre dernier en France, en Italie et en Grande- Bretagne, la communauté eco : Drive rassemblait déjà 6 027 membres début janvier. Chaque conducteur peut économiser jusqu’à 15 % sur sa consommation. Une version dédiée aux flottes devrait voir le jour à la fin de l’année.

L’automobile a sa «box»

BMW est également en pointe sur le sujet. Le constructeur allemand a travaillé avec T-Systems, la branche dédiée aux entreprises du groupe Deutsche Telekom, à la création d’une solution innovante. Utilisant une carte sans fil intégrée au véhicule ou à n’importe quel téléphone mobile référencé par BMW, l’ordinateur de bord transmet les données techniques du véhicule au siège du motoriste allemand. Si une opération de maintenance doit être effectuée, la solution transmet les données au prestataire de service de BMW concerné qui prend contact avec le propriétaire du véhicule et fixe un rendez-vous pour l’intervention. Lorsque le véhicule arrive, les mécaniciens disposent déjà des informations nécessaires sur l’état du véhicule et l’intervention devient plus rapide et plus économique.

Enfin, Orange devrait commercialiser dans le courant de l’année sa Flybox Wi-Fi, soit l’équivalent de la Livebox, mais entièrement dédiée à l’automobile. Equipé d’un modem et d’un module téléphonique intégré, ce boîtier se connecte sur la route au réseau via une carte SIM intégrée. Les passagers peuvent ainsi se connecter pour lire leurs messages électroniques, surfer sur Internet ou encore jouer en réseau avec une console de type DS ou Wii. Le système est en test sur la Delta de Lancia. Enfin, une Toyota Corolla Verso est également en test avec un disque dur embarqué et la Flybox. Ainsi la musique peut être stockée sur le disque dur et la Flybox se connecte à Internet pour télécharger des podcasts ou écouter des webradios. C’est le téléphone mobile qui permet de piloter les fonctions de communication. Bref, que ce soit du côté des constructeurs ou des équipementiers, les recherches vont bon train pour mettre au point les services télématiques de demain. Et la révolution ne fait que commencer.

Vers la démocratisation des services télématiques