La ville de Paris lance un service d’autopartage de VU électriques

Paris a mis en place un service de VU partagés roulant à l’électrique pour encourager les professionnels à limiter voire abandonner la possession d’un véhicule polluant.

2211
Autopartage électrique - VUL partagés Paris

Depuis ce matin, les artisans et commerçants des 2e et 3e arrondissements disposent du tout premier service parisien de véhicules utilitaires électriques partagés. Pour l’instant, ce service d’autopartage en boucle est en expérimentation : il ne compte que cinq stations de deux véhicules, réparties dans un rayon d’environ un demi-kilomètre autour de la station de métro Étienne Marcel. La station rue Palestro est la seule à posséder un véhicule frigorifique.

Le système repose sur une boîte à clés installée dans chaque station, dont le code est envoyé par SMS à l’utilisateur. Ce dernier récupère ainsi les clés du véhicule et le badge pour le débrancher de la borne. Le service est disponible avec ou sans abonnement, avec des tarifications différentes selon les heures d’utilisation.

La plateforme de gestion du service, qui associe autopartage et recharge électrique, a été confiée au prestataire Clem’. L’entreprise agrégera les données générées (nombre d’inscrits, infos sur les trajets, sur les incidents, etc.) pour participer à l’évaluation de la pertinence du service d’ici un an.

Les professionnels encouragés à passer à l’électrique

Soutenue par l’Ademe, cette mesure s’inscrit dans le cadre du plan Qualité de l’air de la ville de Paris. Elle complète les aides au renouvellement d’un véhicule professionnel proposées aux TPE de moins de 10 salariés, dont le siège est à Paris ou en petite couronne (92, 93 et 94). La ville verse ainsi dans la limite de 15% du prix d’achat du véhicule (hors option et hors bonus éventuel de l’État) :

  • 3 000 euros pour un VUL électrique ou GNV dont le PTAC est inférieur ou égal à 2,5 t
  • 6 000 euros pour un VUL électrique ou GNV dont le PTAC est strictement supérieur à 2 t
  • 9 000 euros pour un poids lourd électrique ou GNV

Ces aides fonctionnent aussi bien pour l’acquisition que pour la LLD et la LOA. Elles ne sont cependant valables que pour un seul véhicule par entreprise.

La ville aide également les entreprises implantées à Paris pour l’achat d’un vélo à assistance électrique (VAE) ou d’un cyclomoteur électrique, et même d’un triporteur (électrique ou non), dans la limite de 400 euros et de 10 deux-roues électriques par établissement.

PARTAGER SUR