Dossier - Vitrage : un poste sous surveillance

Olivier Battaglia, Madic : « Un poste de dépenses complexe à surveiller »

Chez Madic, spécialiste de l’équipement des stations-service à la tête de 600 véhicules, l’optimisation du poste vitrage est passée par un appel d’offres auprès des prestataires du marché.

- Magazine N°235
1929
Madic
(c) Madic

Olivier Battaglia est contrôleur de gestion en charge du parc automobile de Madic.

« Le vitrage constitue un poste de dépenses complexe à surveiller : dans les coûts facturés, il faut non seulement compter la part des pare-brise et de la main-d’œuvre, mais aussi celle des produits annexes comme les colles.

Afin d’optimiser les dépenses, nous avons donc lancé un appel d’offres. Son élaboration a été compliquée compte tenu de la gamme étendue de véhicules dans notre flotte : des véhicules légers de type Clio aux utilitaires de type Master L3H2, d’âges différents. Il était difficile de lancer un appel d’offres qui prenne en compte une telle...

Dossier - Vitrage : un poste sous surveillance