VO : un marché toujours plus pro

Pour Jean-Roch Piat, le marché du VO est marqué par la professionnalisation progressive de ses acteurs. « Les concessionnaires prennent ce marché de plus en plus au sérieux, avec des plans d’actions construits. Avec aussi un objectif : ne plus multiplier les marques mais plutôt optimiser le fonctionnement et les coûts », explique le directeur général de BCAuto Enchères.

- Magazine N°185
707
VO : un marché toujours plus pro

« Pour une concession, se mettre au VO, c’est aussi mieux alimenter ses différents centres de profit, pour les ventes et l’après-vente. Le VO impose en outre de professionnaliser son financement et de trouver des talents pour le gérer. Le VO n’est plus le parent pauvre mais impose une vraie démarche de structuration et de crédibilisation », reprend le spécialiste des VO.

En parallèle, le marché du VO évolue et son centre de gravité se déplace, souligne Jean-Roch Piat. Les professionnels s’intéressent à des produits plus kilométrés, issus de la LLD ou de la reprise, avec jusqu’à cinq voire six ans d’âge, plutôt qu’aux véhicules 0 km...