Voiture moyenne française 2019 : plus petite mais plus chère

Comme chaque année, L’Argus a dévoilé le portrait-robot de la « voiture moyenne de France » qui s’est révélée en 2019 plus compacte et moins émettrice de CO2 que les années précédentes, mais également mieux équipée et donc plus chère.

917
budget de l’automobiliste 2019 ACA

Pour dresser le portrait-robot de la voiture moyenne française, L’Argus a analysé les 300 premiers modèles vendus en 2019, qui ont représenté 2 191 737 immatriculations et 99,2 % du marché annuel. Résultat : la voiture moyenne a perdu 1 cm de longueur mais gagné 20 kg par rapport à 2018. Elle mesure ainsi 4,21 m et pèse 1 268 kg.

En parallèle, L’Argus note une réduction de la cylindrée de 13 cm, combinée paradoxalement à une puissance supérieure de 4 ch et une consommation en hausse de 0,1 l. Une tendance qui s’explique selon le magazine par la « dédiesélisation du marché (- 4 %) et la généralisation des moteurs turbo à essence, à la fois petits, mais costauds. »

Le tout pour un prix moyen record de 26 807 euros. « La tranche des véhicules de plus de 35 000 euros a progressé en 2019 et le mix des ventes sur les finitions hautes n’a jamais été aussi élevé », pointe en effet L’Argus.

En cause : la révision du malus en janvier 2019 mais aussi les constructeurs qui inciteraient les acheteurs à « monter en gamme » à travers des campagne marketing efficaces et en appliquant « une double augmentation annuelle des tarifs à leur gamme ». De plus, « la démocratisation de la location (avec option d’achat ou de longue durée) semble également avoir pesé dans la balance », conclut L’Argus.