Volkswagen annonce un accord sur le « Diesel Gate » aux États-Unis

Le groupe allemand est parvenu à un accord avec les autorités fédérales américaines, les parties civiles et 44 états fédéraux afin de régler l’affaire des moteurs truqués. L’addition pourrait atteindre 15 milliards de dollars.

771
Volkswagen annonce un accord sur le « Diesel Gate » aux États-Unis

Volkswagen parviendra-t-il à sortir définitivement du scandale des moteurs truqués au pays de l’Oncle Sam ? C’est en tout cas la trajectoire que semble emprunter cette affaire suite à l’annonce, par le constructeur, d’un accord global avec les autorités américaines, les parties civiles et 44 états fédéraux. Les accords couvrant les indemnisations doivent cependant encore être approuvés « par le juge Charles R. Breyer du tribunal d’instance du district nord de Californie » a précisé le constructeur.

Volkswagen a ainsi annoncé plusieurs dispositions afin de régler le litige. Celles-ci concerneraient 475 000 véhicules équipés du fameux bloc 2.0 TDI, à savoir les Volkswagen Beetle (2013-2015), Golf (2010-2015), Jetta (2009-2015) et Passat (2010-2013 et 2015), et l’Audi A3 (2015).

Voilà le détail des propositions de la marque :
  1. Le constructeur se propose de racheter ou de résilier le contrat de leasing des véhicules éligibles en retenant le prix du marché avant que le scandale n’éclate et n’ampute leur valeur.

  2. Si un client souhaite conserver son véhicule, la marque se propose de corriger à ses frais la remise aux normes anti-pollution, après acceptation des autorités environnementales.

  3. Dans les deux cas, les clients recevront une indemnité comprise entre 5 100 et 10 000 dollars. Le montant maximum du fonds n’excédera pas les 10,033 milliards de dollars.

Un engagement sur l’électrique et un soutien au fonds anti-pollution

De plus, Volkswagen s’est engagé à soutenir les programmes environnementaux américains à hauteur de 2,7 milliards de dollars sur trois ans via « un fonds fiduciaire nommé par le tribunal pour compenser l’excès d’émissions d’oxydes d’azote (NOx) des véhicules 2.0 TDI », a-t-il spécifié. La marque s’engage aussi à investir 2 milliards de dollars « sur 10 ans dans des véhicules zéro émission (ZEV), leur accessibilité ainsi que sur des projets de sensibilisation ».

Enfin, un accord avec la plupart des États fédéraux (44 sur 50) a été annoncé en parallèle, alourdissant la facture de 600 millions de dollars.

Et l’Europe dans tout ça ?

Reste désormais une question en suspens : celle du règlement de cette affaire en Europe. En effet, si le Vieux Continent est finalement le marché le plus touché, Volkswagen, s’il s’est engagé à mettre à niveau ses véhicules n’a, à aucun moment, annoncé d’éventuelles dispositions pour dédommager les millions de clients concernés.

PARTAGER SUR