Volkswagen Caddy : tiré vers le haut

Cinquième génération pour le Caddy, le petit utilitaire de Volkswagen, qui repose dorénavant sur la plate-forme de la Golf. Revue de détail.

1048
Volkswagen Caddy

Volkswagen n’a conservé de l’ancienne génération de son Caddy que le style général, tout en reprenant les codes de design de la gamme VP pour sa face avant. Mais surtout, les dimensions du petit VU sont totalement différentes : longueur de 4,51 m et 3,3 m3 de volume utile, ou 4,86 m et 4 m3. Car le Caddy repose dorénavant sur la plate-forme MQB de la Golf (voir l’essai), gage d’une rigidité torsionnelle et de prestations dynamiques inédites. D’autant plus que Volkswagen a eu la judicieuse idée de conserver un essieu arrière rigide pour les lourdes charges, tout en supprimant les ressorts à lames.

Une vingtaine d’ADAS inédites

Et l’électronique embarquée est aussi modernisée avec une première sur le segment : une planche de bord VP avec ses larges écrans numériques de 6,5 à 10,25 ’’, venus tout droit de la Golf. Volkswagen précise par ailleurs que cette plate-forme moderne permet d’offrir près d’une vingtaine d’aides à la conduite (ADAS) nouvelles pour le segment, dont le Trailer Assist venu du Crafter (voir l’essai). Seule entorse à ce programme de partage des mécaniques : le nouveau Caddy dans sa définition VU n’a pas droit aux motorisations hybrides, trop chères.

Des motorisations classiques mais plus sobres

Sous le capot avant on retrouve donc le 2.0 TDI en 75, 102 et 122 ch, ce dernier disponible également en 4×4 ou en boîte double embrayage DSG7, ainsi qu’un moteur essence 1.5 TSI de 116 ch. Volkswagen annonce aussi une motorisation TGI au gaz naturel compressé. Globalement, la réduction de consommation est évaluée par le constructeur à 12 % par rapport à l’ancienne génération. La concurrence est prévenue, à commencer par le futur tout nouveau Renault Kangoo qui devrait être lancé au prochain salon de l’automobile parisien à la rentrée 2020.

PARTAGER SUR