Volkswagen teste la conduite autonome de niveau 4 en conditions réelles

Depuis le 3 avril, Volkswagen Group Research effectue de premiers essais de conduite autonome de niveau 4 en environnement urbain, à Hambourg.

1561
Volkswagen - essais conduite autonome de niveau 4 à Hambourg
Source : Volkswagen

Cinq e-Golf équipées pour la conduite automatique de niveau 4 – le niveau 5 correspondant à une conduite entièrement autonome – seront expérimentées en conditions réelles de conduite à Hambourg. Chaque véhicule embarque 11 scanners laser, 7 radars et 14 caméras, ainsi qu’une unité centrale située dans le coffre et dotée d’une puissance de calcul équivalent à 15 ordinateurs portables.

Les véhicules sont testés sur un banc d’essai numérique de trois kilomètres, distance sur laquelle des infrastructures telles les feux de circulation sont connectées. Des pilotes spécialement formés les surveillent et peuvent intervenir en cas d’urgence. Les essais durent plusieurs heures, avec jusqu’à 5 Go de données transférés chaque minute. Elles sont traitées via différentes approches d’intelligence artificielle telles que l’apprentissage profond (« deep learning »), les réseaux de neurones et la reconnaissance des formes.

Volkswagen - essais conduite autonome de niveau 4 à Hambourg
Source : Volkswagen

Des exigences en termes d’infrastructures urbaines

« Les essais sont axés sur les possibilités techniques mais aussi sur les exigences en matière d’infrastructures urbaines, a indiqué Axel Heinrich, responsable de Volkswagen Group Research. Il faut non seulement que les véhicules deviennent autonomes et plus intelligents, mais que les villes disposent d’un écosystème numérique permettant aux véhicules de communiquer entre eux ainsi qu’avec les feux de circulation et les systèmes de gestion du trafic. »

Les résultats de cette expérimentation seront intégrés à d’autres travaux de recherche et développement du groupe, dans le but de tester différents services axés clients et d’optimiser le transport individuel. Volkswagen ambitionne en effet de proposer de premiers produits de transport automatisé de biens et de personnes sur les routes publiques d’ici quelques années, à condition toutefois d’une modification du cadre législatif et de l’équipement des infrastructures pour la communication V2X.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter