Volkswagen Golf GTE : la plus branchée des Golf

En associant la recharge à l’hybridation, la Golf démontre qu’une solution vertueuse n’est pas incompatible avec la performance et le plaisir de conduire.

- Magazine N°205
680
Volkswagen Golf GTE : la plus branchée des Golf

Après ses versions essence, diesel et électrique (e-Golf), mais aussi au gaz naturel sur certains marchés, voilà que la Golf adopte la formule de l’hybride rechargeable. Pour ce faire, le best-seller européen reprend à l’identique un schéma inauguré par l’Audi A3 e-Tron, à savoir un bloc essence 1.4 l développant 150 ch, soutenu ou relayé dans l’effort par un moteur électrique de 75 kW (102 ch), le tout offrant 204 ch en puissance cumulée. Nous aurions d’ailleurs dû débuter cette énumération des forces en présence par le moteur électrique, car c’est lui qui prend l’initiative au démarrage. À condition d’afficher un niveau de charge suffisant, il conserve la main un bon moment. De quoi parcourir en théorie une cinquantaine de kilomètres, même si dans les faits, mieux vaut tabler sur 35 à 40 km. Ce qui n’est déjà pas si mal.

Cette autonomie est rendue possible grâce aux ressources d’une batterie lithium-ion implantée sous la banquette arrière. Au-delà, le moteur thermique apporte son soutien au dispositif et participe à la recharge en vue d’une prochaine phase en électrique. Tout l’intérêt du procédé repose sur la possibilité d’agir sur les différents modes. On peut ainsi conserver ou emmagasiner assez d’énergie à l’approche d’une zone urbaine que l’on négociera sans la moindre émission.

Agrément de conduite

À propos d’émissions, l’actuel cycle d’homologation étant favorable à l’hybride, celles en CO2 de la GTE sont évaluées à 35 g/km, soit 1,5 l/100 km. Lors de notre essai et sur de longues distances, notre consommation avoisinait les 5,5 l/100 km, un chiffre très raisonnable au regard des performances.

Pour l’image et en s’appuyant sur les excellents chronos de la GTE, Volkswagen multiplie les allusions à l’univers de la GTI. C’est presque réducteur tant cette version hybride rechargeable affiche bien d’autres qualités. Agrément de conduite incomparable, douceur et silence de fonctionnement en électrique, viennent s’ajouter à la qualité de fabrication, au comportement routier et au confort.

Reste à consacrer un peu de temps à la recharge (3 h 30 sur le réseau domestique, 1 h de moins à l’aide d’une wallbox) et surtout débourser au minimum 38 500 euros (hors bonus) pour savourer cette indéniable réussite technologique.

BIEN

Autonomie en électrique • Performances et consommation • Équipement de série

À REVOIR

Coffre restreint • Consistance de la pédale de frein