Volkswagen embarque l’intelligence artificielle Nvidia sur l’ID Buzz

En adoptant le supercalculateur de Nvidia sur l’ID Buzz, Volkswagen rejoint Hyundai, Volvo, Uber et Aurora pour bénéficier de l’intelligence artificielle embarquée.

1712
Volkswagen Nvidia

La conduite autonome ne se résume pas aux capteurs Lidar et à de gros ordinateurs embarqués, aussi sophistiqués soient-ils. Au cœur de la prise de décision, il faut absolument des processeurs qui puissent s’enrichir de leur apprentissage, le fameux « deep learning » de l’intelligence artificielle (IA), seul capable d’un copilotage intelligent et totalement autonome (niveau 4). Grâce au « deep learning », la voiture du futur apprendra à évaluer les situations avec précision et à analyser le comportement des autres usagers de la route, ce qui lui permettra de prendre la bonne décision.

C’est ce que propose Nvidia, le spécialiste des multiprocesseurs graphiques (concurrent d’Intel, AMD, etc.). Sa puce Xavier intégrée à la plate-forme Drive IX Intelligent Experience sert déjà pour le copilotage autonome chez Volvo avec les XC90 autonomes développés par Uber, chez Hyundai sur l’ix35 à pile à combustible, avec le spécialiste de la voiture autonome Aurora (voir la brève).

L’ID Buzz de Volkswagen se met à l’IA de Nvidia

Nvidia est donc aussi le partenaire de Volkswagen pour son futur ID Buzz électrique, révélé il y a tout juste un an au salon de Détroit (voir la brève). Sans oublier Audi qui l’a déjà intégré dans sa nouvelle A8 qui assure une conduite autonome de niveau 4.

À terme, Nvidia vise en réalité la maîtrise totale de l’intelligence artificielle embarquée pour la voiture autonome de niveau 5 avec cette plate-forme qui se compose de trois « couches » : Drive AV (Autonomous Vehicle), Drive IX (assistance virtuelle au chauffeur et aux passagers dévoilée ici) et Drive AR (interfaces en réalité augmentée via le tableau de bord de la voiture). Un cheval de bataille baptisé Pegasus…

Volkswagen Nvidia
Nvidia-Xavier-Pegasus
PARTAGER SUR