Volkswagen Passat : un saut qualitatif indéniable

Style extérieur comme intérieur, nouveaux trains roulants et moteurs rehaussent la Passat au niveau du premium des spécialistes allemands. Aux prix d’un généraliste.

- Magazine N°163
418
Volkswagen Passat Un saut qualitatif indéniable

Pas de doute, la septième génération de Passat depuis 1973 opère un saut générationnel. Tout a été modifié et peaufiné, à commencer par son design extérieur, copié avec réussite sur la Phaeton. À l’intérieur, même travail sur la qualité perçue des matériaux et leur assemblage. La planche de bord a été légèrement redessinée et la console centrale profondément modifiée, les sièges sont plus confortables et l’espace à bord devient très généreux grâce l’empattement en hausse qui ne modifie pas l’encombrement total. Le coffre demeure donc très logeable.

Sur la route, la Passat surprend aussi et laisse la mollesse et, parfois, l’imprécision de la tenue de route au rang des mauvais souvenirs. Bien mieux assis sur la route, ce modèle procure dorénavant un véritable agrément de conduite en combinant douceur des filtrations, amortissement progressif et suspensions parfaitement calibrées pour maintenir avec rigueur la tonne et demie de cette routière. Un bémol : le 1.6 TDI 105 ch est un peu à la peine pour mouvoir cette masse et il faut le cravacher pour une conduite dynamique. Cette motorisation n’aime pas trop qu’on la bouscule et, recherche de la sobriété aidant, il faut rouler tout en souplesse. Les 114 g annoncés sont théoriques (116 g en break) et nous avons plutôt consommé environ 5 l/100 km.

Plus alerte, et pas forcément plus gourmand, le 2.0 TDI de 140 ch apporte tout le plaisir d’un moteur silencieux, souple mais vif, ne renâclant jamais à la relance sur les rapports de boîte supérieurs. En pointant à 119 g en berline et 120 g en break, il demeure très sobre ! Il permet aussi d’accéder à la suspension pilotée pneumatique, d’un confort bien supérieur à la suspension classique et, pour les plus exigeants, à la boîte DSG6 à double embrayage, un délice de transmission mais qui fait grimper les émissions à 135 g en berline comme en break.

Jacques Rivoal, patron de VW France, anticipe 20 000 ventes en 2011 (berline, break et CC) dont 65 % en sociétés (Packs Business repris de la gamme Tiguan, Golf et Polo). La commercialisation débute le 25 novembre mais il faudra attendre mars 2011 pour la BlueMotion 1.6 TDI 105 ch à 109 g.

Notre avis

BIEN

•Qualité perçue et assemblage • Confort et silence à bord • Typage haut de gamme

 

A REVOIR

•1.6 TDI 105 ch limité • Encombrement total • Moteur TDI 140 ch cher

Volkswagen Passat

VALEURS FUTURES

PARTAGER SUR