Volkswagen Group Components se lance dans le recyclage des batteries

Volkswagen Group Components a mis en service son usine pilote de recyclage de batteries de véhicules électriques en Allemagne, le 29 janvier 2021.
1882
Volkswagen recyclage batterie
Andreas Salewsky (à droite), directeur de l’usine Volkswagen Group Components à Salzgitter, et Dirk Windmüller, président du comité d’entreprise local, lancent l’exploitation de l’usine de recyclage.

Volkswagen Group Components a ouvert, le 29 janvier 2021, sa première usine de recyclage de batteries de véhicules électriques, située à Salzgitter, dans le nord-est de l’Allemagne. Le fournisseur de pièces automobiles du groupe veut « récupérer des matières premières nécessaires à la production de batteries lithium-ion ». Cette usine a ainsi été conçue pour recycler, durant cette phase de test, « jusqu’à 3 600 systèmes de batteries par an, soit environ 1 500 t », selon le constructeur. D’ici dix ans, ce dernier espère atteindre un taux de recyclage de plus de 90 %.

La « poudre noire », source renouvelable de nouvelles batteries ?

Avant d’être recyclés, les systèmes des batteries sont analysés au préalable afin de déterminer s’ils peuvent être réutilisés pour « des systèmes mobiles de stockage d’énergie tels que les bornes de recharge rapide flexibles ou le robot de charge mobile », précise Volkswagen.

Cette usine n’utilise pas la fusion des matériaux des batteries pour recycler les composants. Cette technique « demande beaucoup d’énergie », avance le constructeur.

Les batteries usagées sont d’abord livrées entièrement déchargées et démontées. Les composants sont ensuite broyés en granules, puis séchés. Ce processus génère de l’aluminium, du cuivre et du plastique ainsi que de la « poudre noire ». Cette dernière contient des métaux (lithium, nickel, manganèse, cobalt) et minéraux (graphite), utiles à la réalisation de nouvelles batteries. Ces matières premières recyclées seront ensuite séparées par hydrométallurgie. Cette technique d’extraction de métaux utilisant de l’eau et des agents chimiques sera réalisée par des partenaires du constructeur.

« Ces composants obtenus permettront de produire de nouveaux matériaux de cathode et des cellules de batteries », explique Mark Möller, directeur de l’unité développement technique et électro-mobilité. Par ailleurs, ces matières premières des batteries recyclées seraient, selon le constructeur, « aussi efficaces que des matières premières neuves. » Chaque batterie de 62 kWh produite avec ces cathodes issues de matériaux recyclés permettra d’économiser « environ 1,3 t d’émissions de CO2 », estime Volkswagen.

Le recyclage des batteries déjà assuré en France

Volkswagen Group France et la Société nouvelle d’affinage des métaux (SNAM), filiale du groupe Floridienne, recyclent déjà depuis 2014 des batteries de véhicules électriques et hybrides dans l’Hexagone. La SNAM assure leur collecte, leur démantèlement ainsi que « 82 % du recyclage des batteries lithium-ion. » Pour rappel, la « directive batterie » (2006/66/CE) impose un taux de recyclage représentant au minimum 50 % du poids de la batterie. Ce seuil sera de 65 % d’ici 2025 et de 70 % d’ici 2030.

PARTAGER SUR