• Mots clés connexes
  • SUV

Volkswagen T-Cross : la ville en premium

Le T-Cross de Volkswagen (4,11 m de longueur) va s’attaquer aux généralistes du segment, bien installés, avec des arguments « premium ». La guerre est déclarée.

1664
Volkswagen T-Cross

Certes, on pourrait penser que le T-Cross de Volkswagen arrive après la bataille. Une bataille qui a débuté il y a une dizaine d’années avec un unique combattant, le Nissan Juke, d’ailleurs renouvelé l’année prochaine. Depuis, les rangs des belligérants se sont renforcés d’un Renault Captur, revu et corrigé il y a deux ans, et un Peugeot 2008 qui n’est plus tout jeune mais qui séduit toujours autant. Et derrière, cela pousse fort avec un Citroën C3 Aircross ou un Seat Arona, un Kia Stonic et un Hyundai Kona. Avec le T-Cross, Volkswagen se positionne d’emblée sur le haut du segment, à l’instar de son proche cousin Audi Q2 ou bien du DS3 Crossback. Et c’est bien là qu’il va chercher ses concurrents, dans la catégorie des petits SUV premium.

Équipements de série au complet

Pour cela, il veut en offrir plus pour un tarif toujours mesuré, avec la climatisation et les aides à la conduite de série sur les quatre finitions : régulateur de vitesse adaptatif, freinage d’urgence avec détection piétons, assistant de maintien dans la voie, détection des angles mort et assistant sortie de stationnement.

Comptez à partir de 19 200 euros avec le 3-cylindres 1.0 TSI de 95 ch (113 g, non définitif) en accès à la gamme T-Cross. Ce moteur se décline en version 115 ch (113 g, non définitif) et sera complété fin 2019 par le 1.5 TSI de 150 ch. Un seul diesel au programme, en direction des entreprises principalement, le 1.6 TDI de 95 ch (109 g, non définitif). Les finitions Business et Lounge Business sont bien sûr au programme moyennant 1 200 euros supplémentaires. Deux autres finitions sont proposées, Carat et R-Line, pour une commercialisation fin février 2019 et des livraisons mi-avril.

La guerre est ouverte sur le premium

Ce T-Cross est basé sur la plate-forme MQB-A0 de la Polo avec le même empattement (2,56 m) mais une longueur légèrement supérieure de 5,4 cm (4,11 m) et une hauteur accrue de 11 cm (1,56 m). De la Polo, il reprend aussi la planche de bord avec son combiné numérique Active Info Display (en série à partir de Carat) et une très belle finition. Et il ajoute, point essentiel dans un SUV, même petit, une banquette arrière coulissante sur 15 cm et un dossier de siège avant passager abattable (à partir de Lounge). Le coffre affiche donc une capacité variable de 385 à 455 l (jusqu’à 1 281 l). Les arguments ne manquent pas et la bataille des petits SUV premium est relancée !

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

Le dernier dossier sur les SUV

Volkswagen T-Cross