Volkswagen verdit ses véhicules

À l’occasion du 38e Motor Symposium de Vienne, le Groupe Volkswagen a présenté ses dernières innovations pour développer l’électrique et réduire les émissions de ses véhicules thermiques.

1217
bd_volkswagen_au_38eme_motor_symposium_de_vienne

Avec le Dieselgate en arrière-plan, le groupe Volkswagen a annoncé une transition vers des motorisations neutres en CO2 lors du 38e Motor Symposium de Vienne.

Le constructeur mise évidemment sur l’électrique, avec la nouvelle e-Golf, avec une autonomie et une puissance augmentées. Mais il s’attaque également aux moteurs thermiques, en proposant une solution de micro-hybridation couplée à une fonction roue-libre. Cette fonction sert par exemple lors de la décélération à l’entrée dans une localité ou lors d’un ralentissement sur l’autoroute, d’autant qu’elle fonctionne ici jusqu’à 130 km/h.

La micro-hybridation pour les véhicules thermiques

En pratique, le moteur thermique se coupe automatiquement dès que le conducteur lève le pied de l’accélérateur : la voiture avance alors en roue-libre, sans consommer de carburant. Une batterie lithium-ion compacte alimente la batterie 12 V du véhicule lorsque le moteur est coupé, pour éviter qu’elle se vide et maintenir les appareils électroniques en fonctionnement. Pour redémarrer, il suffit d’appuyer sur l’accélérateur, grâce à la boîte automatique DSG.

Selon le constructeur, le système permettrait d’économiser 0,4 l/100 km. Il équipera la version 2017 de la Golf TSI BlueMotion, attendue cet été.

Produire des véhicules électriques en série

En parallèle, Volkswagen a développé une architecture destinée à la production en série de véhicules électriques et connectés : elle intègre notamment le design et l’emplacement des batteries, mais aussi les équipements connectés et de conduite autonome. « Elle constitue la base de notre nouvelle offre de véhicules électriques que nous proposerons au grand public au niveau mondial », a déclaré Friedrich Eichler, directeur de Volkswagen Powertrain Development. Le premier modèle est attendu en 2020, sur la base des concept-car BUDD-e, I.D. et I.D. Buzz.

Encourager le développement des motorisations au gaz naturel

Le constructeur souhaite également encourager les motorisations GNV. Il a présenté un moteur turbo trois cylindres apte à fonctionner aussi bien au gaz naturel qu’à l’essence et destiné aux petits modèles du groupe. « S’il est produit de manière durable, par exemple, sous forme de biométhane à partir de déchets agricoles, le gaz naturel offre une forme de mobilité qui, dans sa globalité, produit nettement moins de CO2, a précisé Wolfgang Demmelbauer-Ebner, directeur de Volkswagen Petrol Engine Development. Nous utilisons le terme e-gaz pour décrire le GNC produit de manière synthétique, qui est composé d’eau et de CO2 provenant de l’excédent de courant généré à partir de sources renouvelables. L’e-gaz est idéal pour permettre d’utiliser de l’énergie renouvelable dans le secteur du transport et pour le stocker. »

L’innovation réside ici dans l’amélioration de la conversion du méthane des gaz d’échappement en carburant, qui permet de diminuer les émissions de NOx. Pour y parvenir, Volkswagen a mis au point de nouvelles sondes lambda (ou sondes à oxygène) : deux sondes placées sur le trajet des gaz d’échappement pour évaluer leur composition. Ces dernières sont capables de fonctionner en moins de 10 secondes après un démarrage à froid ; et donc de réguler les émissions de la même manière à toutes les températures.

PARTAGER SUR