Volkswagen conçoit ses voitures à l’aide de la réalité virtuelle

La réalité virtuelle (RV) se développe de plus en plus dans l’industrie. Le milieu de l’automobile a d’ailleurs recours à cette technologie. Volkswagen a mis en valeur un de ses employés travaillant dans le développement de simulations en RV.

5366
Réalité virtuelle Volkswagen
La réalité virtuelle fait partie intégrante du processus créatif © Volkswagen

L’année 2016 a été marquée par le grand retour de la réalité virtuelle. Cette technologie, sujette à de nombreux fantasmes, s’ancre très lentement dans les mœurs du grand public. Différents obstacles comme le prix, l’inconfort ou le manque de logiciels majeurs contribuent à ce rythme d’adoption. Cependant, ces facteurs ne dissuadent pas les entreprises qui, elles, trouvent des applications variées à ces casques. Le monde de la voiture est d’ailleurs un des secteurs les plus touchés par la fièvre de la réalité virtuelle. En effet, les casques de « virtual reality » (VR) se retrouvent de la conception jusqu’aux concessions.

Chez les vendeurs d’automobiles, cette technologie est essentiellement utilisée comme levier de vente et moyen de faire explorer toutes les gammes de voitures sans les avoir sur place. Pour les usines et les ateliers de design, c’est une autre affaire. L’adoption de la VR s’est faite rapidement pour des raisons financières : concevoir un prototype réel coûte très cher, alors que son équivalent virtuel est beaucoup moins onéreux. La création de modèles en VR permet, entre autres, de corriger des erreurs d’ergonomie ainsi que d’affiner le design global du véhicule. Plusieurs grands constructeurs ont déjà investi dans le développement de logiciels. Audi par exemple réduit ses coûts de conception grâce au « Holodeck », une salle dédiée à la VR.

« Travailler plus rapidement et efficacement »

réalité virtuelle David Kuri Volkswagen
David Kuri, développeur en réalité virtuelle © Volkswagen

Une marque cousine d’Audi a également fait appel à cette technologie : Volkswagen. Le groupe a récemment mis en valeur son pôle réalité virtuelle et son rôle dans la chaîne de production. « Jusqu’à présent, les prototypes des nouveaux modèles étaient développés et fabriqués pour de vrai. Or, cela coûte beaucoup d’argent et prend beaucoup de temps. De plus, les prototypes physiques ne reflètent qu’une étape bien précise du processus décisionnel, qui ensuite est très vite dépassé », a expliqué David Kuri. Le jeune développeur de 26 ans vient de l’industrie du jeu vidéo et a utilisé cette expérience dans le monde l’automobile.

« La VR permet de simuler différentes interactions avec les fonctionnalités de la voiture, puis de les reproduire virtuellement et de les tester », affirme David Kuri. « Notre mission, c’est la digitalisation des développement technologiques. Cela veut dire que nous aidons nos collègues à se digitaliser, à travailler plus rapidement et efficacement », résume le développeur. « Pour ce faire, nous adoptons des technologies issues de l’industrie du jeu vidéo. » Cette expérience permet de voir les choses sous un autre angle dans un milieu traditionnel : « Certains problèmes sont résolus ici de manière complètement différente qu’avec l’approche traditionnelle de l’industrie automobile », conclut David Kuri.

PARTAGER SUR