Volvo Trucks : des conseils pour augmenter l’autonomie de sa gamme électrique

Concernant ses nouveaux poids lourds électriques, Volvo Trucks dévoile comment augmenter leur autonomie de 23 % et accroître leur rendement d’exploitation de 66 %.
2459
Volvo Trucks autonomie électrique
En janvier 2022, l’essayeur Jan Burgdorf a consommé 1,1 kWh/km pour parcourir 375 km à 80 km/h de moyenne avec un FH Electric de 40 t.

Volvo Trucks dispense quelques conseils aux transporteurs désireux d’améliorer l’autonomie et le rendement d’exploitation de la gamme lourde électrique. En suivant ces conseils, un essayeur a par exemple pu rouler 343 km à 80 km/h de moyenne avec un Volvo FH ou FM Electric chargé à 40 t et doté d’une autonomie de 380 km (consommation 1,1 kWh/km).

Mais au-delà de ce cas concret, les recommandations de Volvo Trucks visent surtout à porter l’autonomie du camion à 500 km, après deux heures de recharge à 80 % des batteries (en AC à 250 kW). Ou à permettre une seconde tournée du camion, si celui-ci est à charge complète. Selon le constructeur, si le transporteur adapte ses tournées aux temps de recharge et s’il recharge de nuit son FM ou FH Electric sur sa borne AC de 43 kW, il parviendra à prolonger la vie des batteries jusqu’à 8 ans ou 800 000 km.

Cinq facteurs réduisent l’autonomie des Volvo Trucks électriques

Selon le constructeur, cinq facteurs affectent l’autonomie d’un Volvo FH ou FM Electric neuf, dont trois dépendent du transporteur. La masse transportée consomme 2 % d’autonomie environ par tonne ; la vitesse moyenne en brûle 1,3 % par km/h et des pneus de bonne facture 5 %. La température extérieure peut, même si les Volvo Electric roulent entre – 40 °C et + 40 °C, limiter de 20 % leur autonomie. Pour réduire ce risque, Volvo Trucks a créé la fonction « Ready-To-Run ». Actionnée à distance avant chaque mission, elle porte la température des batteries et de la cabine à 25 °C. Le VI démarre alors sa tournée avec une charge électrique maximale.

Masse, vitesse, pneus, température et conduite limitent l’autonomie du Volvo Electric.

Un conducteur gestionnaire d’énergie

Le cinquième facteur est la conduite. « Pour bien conduire, insiste Jean-Louis Demoule, formateur à l’éco-conduite chez Volvo, le conducteur doit être convaincu que son camion électrique a été étudié par Volvo Trucks et son entreprise pour qu’il effectue sa tournée sans problème ». Un conducteur référent ajoute : « Sur un poids lourd électrique, le conducteur devient un gestionnaire d’énergie et de temps. Il a pour mission de recharger les batteries de son véhicule en régénérant constamment son électricité durant le trajet ». Pour ce faire, il doit conduire en anticipant la route et maîtriser les fonctions du « One Pedal Drive » et du couplage au frein mis au point par Volvo Trucks.

La bonne conduite préserve et régénère l’énergie électrique du Volvo Electric.

One Pedal Drive et couplage au frein

Actionnée au volant, la One Pedal Drive contrôle l’accélération et le freinage régénérateur d’énergie par la seule pédale d’accélérateur. La vitesse est ajustée par la fonction I-See qui anticipe la topographie. Estimée référente, cette conduite réduit de 17,6 % la consommation d’énergie d’un conducteur qui pratiquerait une conduite de style thermique. Mais elle reste moins performante que la conduite en couplage au frein automatique. Cette dernière régénère l’énergie au lever du pied de la pédale d’accélérateur, en roue libre et au freinage. « Cette conduite, basée sur l’anticipation du parcours, maximise l’autonomie. En effet, elle utilise l’inertie pour réduire la consommation, et le freinage pour régénérer l’électricité, assure Jean-Louis Demoule. Le conducteur peut réduire jusqu’à 18,4 % sa consommation d’énergie par rapport à la conduite en One Pedal Drive ».

La One Pedal Drive ne régénère l’énergie qu’au freinage, tandis que la conduite en couplage au frein automatique recharge au ralentissement, au freinage et en roue libre.
PARTAGER SUR