Volvo V50 1.6D Drive

Equipé du Stop&Start, le Volvo V50 1.6 D Drive, déjà très sobre, consomme seulement 3,9 l/ 100 km en cycle mixte et ne rejette que 104 g de CO2 au km.

- Magazine N°152
461

Le suédois rattrape son retard en matière de réduction des émissions de CO2 de ses moteurs et se permet même de devancer Ford et Peugeot- Citroën sur leur terrain : celui du 1.6 turbodiesel 110 ch fourni par PSA. En effet, Volvo équipe cet excellent moteur déjà intrinsèquement sobre (119 g de CO2, 4,5 l/100 km) d’un Stop&Start fourni par Bosch (500 €) et qu’il monte sur le break V50 ainsi que la berline V40 et le coupé C30 qui affichent aussi les mêmes chiffres de consommation.

Impeccablement réglé, ce système coupe le moteur à l’arrêt, pour peu que vous soyez au point mort et le pied sur le frein. Le redémarrage est instantané dès que vous embrayez. L’économie de carburant est estimée par Volvo à 8 % en ville et 5 % en conduite mixte, soit 3,9 l/100 km suivant le cycle mixte européen et des émissions à 104 g. Le bonus est toujours à 700 € mais la TVS baisse de 60 € (15 g en moins x 4 €). Sur un parcours mixte urbain et suburbain à Stockholm, nous avons consommé 4,8 l/100 km, un bon chiffre… à rapprocher des 4,9 l de la Toyota Prius sur le même parcours !

Pour parvenir à ce résultat, outre le Stop&Start, les éléments suivants ont été modifiés : gestion électronique de l’injection,3e et 4e rapports de boîte allèongés -sans incidence sur les performances et l’agrément de conduite-,pneus Michelin à faible résistance au roulement, direction électro-hydraulique et huile de transmission spécifique. Quelques artifices aérodynamiques sont aussi prévus avec principalement un châssis abaissé de 10 mm et des déflecteurs devant les roues avant.

Notre avis

Bien

Réelle sobriété

Agrément moteur préservé

Surcoût modéré (500 €)

A revoir

Système désactivable

Pas d’économie hors agglomération

Pas d’embrayage piloté

PARTAGER SUR