VUL : l’objectif des 147 g validé par l’Europe

C’est définitif, le Parlement européen a confirmé l’objectif des émissions de CO2 des véhicules utilitaires légers.

344

 Après « des négociations plutôt difficiles », le texte prévoyant une réduction des émissions à 147 g en 2020 contre 203 g aujourd’hui, a fait l’objet d’un accord avec le Conseil des ministres. Ce seuil de 147 g représente le taux moyen maximum autorisé pour les VU de 2,6 à 3,5 tonnes et s’applique pour les constructeurs dont la production dépasse les 1 000 unités par an.

En conséquence, les constructeurs devront produire suffisamment de modèles plus propres pour dépasser le nombre de véhicules plus lourds ou plus polluants. Objectif : obtenir un équilibre global de 147 g d’ici 2020, sous peine de sanction financière.

Afin d’atteindre cet équilibre, les fabricants pourront ainsi s’appuyer jusqu’en 2018 sur le système de bonifications qui pondère de façon avantageuse les véhicule émettant moins de 50 g de CO2. À noter qu’à l’heure actuelle, ce grammage moyen des VUL immatriculés en 2012 s’est établi à 180,2 g. Malte, Chypre et le Portugal figurent parmi les bons élèves, avec respectivement 147,5, 151,5 et 154,2 g. Parmi les émissions les plus élevées : la Slovaquie, la République Tchèque ou l’Allemagne. La France se trouve quant à elle au milieu du tableau, à 170,1 g.

Ce même texte réclame la mise en place d’un nouveau protocole de test des performances environnementales, l’actuel NEDC. « Ses failles ont été exploitées par les fabricants pour obtenir des chiffres de consommation et d’émissions presque impossibles à atteindre dans des conditions de conduite normale », souligne un communiqué. Les députés demandent ainsi l’instauration de la nouvelle procédure d’essai LWTP dans les plus brefs délais.