Un outil pour aider les flottes à contribuer à l’Accord de Paris

Dans le cadre de l’initiative internationale « Science Based Targets », l’association WWF a développé un outil pour aider les entreprises du secteur des transports à définir une trajectoire de réduction de leurs émissions, conforme aux objectifs de l’Accord de Paris.

1246
WWF outil emissions
© Science-based targets

Depuis son lancement en 2015, plus de 400 entreprises ont rejoint l’initiative « Science Based Targets » qui encourage une approche scientifique dans la définition d’objectifs de réduction des gaz à effet de serre. Mais le WWF, membre fondateur de l’initiative, veut accélérer le mouvement en facilitant la démarche grâce à un outil de modélisation au format Excel.

« L’outil et le guide associé vont permettre aux entreprises du transport de définir à quel niveau et à quelle vitesse elles doivent réduire leurs émissions pour être alignées avec l’objectif de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement en dessous de 2°C », explique Manuel Pulgar Vidal, directeur du programme mondial climat et énergie du World Wide Fund for Nature (WWF).

Une trajectoire sur 5 à 15 ans

L’entreprise doit tout d’abord identifier à quelle catégorie elle appartient (transport de passagers, de marchandises ou production de véhicules), ainsi que le type de véhicules concernés (deux et trois-roues, VL, PL, Bus, minibus, train, bateau ou avion). Elle doit ensuite définir une période d’engagement, entre 5 et 15 ans, et collecter un certain nombre de données (taux d’émissions de CO2 par an, nombre de tonnes ou de passagers transportés par kilomètre et par an, etc.). L’étape suivante consiste à estimer le taux de croissance de son activité sur la période choisie.

Deux scénarios à 2 °C et 1,75 °C

L’outil pourra ensuite modéliser la trajectoire de réduction des émissions à suivre pour chaque mode de transport, afin de respecter l’Accord de Paris. Pour cela, il se base sur les données du Mobility Model (MoMo) : une base de données technico-économiques et un modèle de simulation développé par l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Il compare les objectifs de l’entreprise à deux scénarios, le premier visant une limitation du réchauffement climatique à 2 °C (scénario 2DS) et le second à 1,75  C (B2DS pour « Beyond 2 °C »). Le Groupe Renault, par exemple, doit réduire l’empreinte carbone de ses véhicules vendus à travers le monde de 25 % en moyenne entre 2010 et 2022 pour se conformer au scénario 2DS.